De la sinologie à la philosophie : le parcours de François Jullien

sur son concept de dé-coïncidence.

"On voudrait croire que, quand les choses en viennent enfin à s'accorder, c'est là le bonheur. Or, c'est précisément quand les choses se recoupent complétement et coïncident que cette adéquation, en se stabilisant, se stérilise. La coïncidence est la mort. C'est par dé-coïncidence qu'advient l'essor.

Comme l'Âge classique a fait de l'adéquation la définition même de la vérité, ou de la coïncidence avec la Nature le grand précepte de l'art comme de la morale, il est revenu à la modernité de rompre avec ce confort de la pensée".

(4ème de couverture de "Dé-coïncidence, d'où viennent l'art et l'existence", François Jullien, Grasset 2017.

 

Conférence par Mr Jean-Pierre Bompied

Centre Jean Richepin Clermont- Ferrand

Ajouter un commentaire