Les déconstructeurs -1ère partie

 

Première partie : définitions à partir de Jacques DERRIDA et de citations de Jean-Jacques Rousseau, Heidegger et Héraclite.

 

Enregistrement audio de la séance : ici

Citations utilisées :

JJ-Rousseau : De l'origine et du fondement des inégalités entre les hommes : Jjr 1Jjr 1 (636.48 Ko)

Heidegger : Qu'appelle-t-on penser Mh 1Mh 1 (458.02 Ko)

Héraclite HeracliteHeraclite (228.15 Ko)

 

 

Commentaires (2)

1. gérard 10/03/2019

Première réponse (avant réponse plus élaborée):
Que l'Etre soit hors d'atteinte n'interdit pas d'en parler, selon certaine modalité certes.
Par exemple en disant qu'il ne s'agit pas de l'"atteindre", ce qui est le plus sûr moyen de le "manquer". l'Etre ne s'"atteint pas", il s'"accueille". Heidegger indique par là une autre attitude de notre part que l'attitude habituelle et métaphysique (désir de connaître i.e. de poser comme objet). H. en disant cela nous permet de prendre de la distance par rapport à une attitude tenue par nous comme allant de soi, attitude supposée par l'emploi non réfléchi du couple sujet/objet.
Comparaison qui peut aider à comprendre: on peut faire une critique de la morale, comme les "moralistes du XVII°/s." en révélant l'hypocrisie qu'elle cache ("La modestie, qui semble refuser les louanges, n'est en effet qu'un désir d'en avoir de plus délicates"). En procédant ainsi, on n'invalide pas la modestie mais l'attitude de celui qui se montre modeste. de son côté Nietzsche évalue la valeur des valeurs morales. De même la critique sceptique (par exemple) met en doute notre capacité à connaître sans pour autant mettre en question la valeur de la connaissance comme telle.
il en va un peu de même avec Heidegger: le problème n'est pas que l'Etre est inconnaissable, hors d'atteinte. Le pb réside dans dans notre volonté, et notre croyance qu'il suffirait de le connaître pour avoir la relation adéquate avec lui. Nous avons du mal à "penser" autrement qu'en terme de "connaître".
bien sûr le langage est "complice" de cette attitude d'où la nécessité d'un recours non "conceptuel", au langage, comme on peut le voir avec les Présocratiques, avec certains poètes... ce qui ne va pas sans présupposé.
précision: l'Etre n'est pas hors d'atteinte, il est "là", c'est pourquoi l'"objectivation" ne l'"atteint" pas. il y a de l'Etre.

2. Mouton josiane 10/03/2019

je suis contente d'avoir pu écouterle passage sur Heidegger. D'avoir aussi compris la différence / la différAnce.
N'empêche : comment Heidegger peut-il parler de l'Etre puisqu'il est " hors d'atteinte"? Si il en parle c'est qu'il l'a " approché" , non ? Et il dit c'est les présocratiques ou les poètes, ok! mais pourquoi penser qu'avec les quelques fragments d’Héraclite les présocratiques en étaient plus proches ? Bref ! c'est qui cet Etre- Dieu ? ça me met mal à l'aise cette histoire mais j'ai bien conscience que c'est dû à mon incurie en philosophie.

Ajouter un commentaire