Pascal déconstructeur ?

 

La démarche de Pascal s’apparente à celle des praticiens de la « déconstruction » (Deleuze, Derrida, Butler, …). En partie seulement, dans la mesure où le dévoilement du « fondement mystique de l’autorité » est mis au service d’une nouvelle forme de légitimation de cette dernière.

             Texte de l'exposé d'Alain Mallet : 2018 11 20 pascal deconstructeur 12018 11 20 pascal deconstructeur 1 (315.02 Ko)

Enregistrement vidéo : ici

Enregistrement audio : ici

Commentaires (1)

1. Marc Biehler 23/11/2018

Merci pour cette conférence, suivie à distance à l’aide des enregistrements mais aussi par la lecture du texte joint. Il me semble que ressort bien l’usage pascalien, tellement important pour notre compréhension, des images ou de l’image.
Avec cet usage des images, quand on lit Pascal ou qu’on écoute sa lecture par Alain Mallet, les efforts de la raison pour sauver par l’analogie, ou par les analogies, l’unité nécessaire aux travaux d’architecture de tous genres, dans la pierre ou par les discours, deviennent étrangement vanités, y compris, voire surtout les « discours » déconstructeurs. Ainsi, le rêve contemporain qui habite ceux-ci pourrait être celui de ruiner les constructions au nom de l’indistinction d’une différance reconstruite.
Comment ne pas penser a contrario aux images auxquelles a recours saint Thomas d’Aquin au tout début de la Somme : « Comme un sage architecte, j’ai posé le fondement » ?
Nous pouvons ainsi entendre plus finement le début du fragment 454 de l’édition Le Guern (490 et suivants dans l’édition Lafuma) : « Nous n’avons point de roi que César ». « Nature corrompue. L’homme n’agit point par la raison qui fait son être », si l’on entend par là que l’être naturel de l’homme est bien la raison et non que la corruption de la nature le priverait de raison ?
En regard, il parait intéressant de noter que le fragment des Pensées cité (ou la suite de fragments citée) se termine par l’évocation, confirmée à Pascal par la lecture de Grotius, du deuxième temple « glorieux » : « Jésus Christ y viendra ».

Ajouter un commentaire