Stiegler-1

L’emploi est mort, vive le travail

Bernard Stiegler, cela semble original parmi les philosophes,  ne craint ni l’économie ni la technique y compris dans ses zones les plus actuelles. Non content  de défendre ses convictions dans ses ouvrages et conférences, il est engagé comme « manager » pour les faire vivre dans plusieurs entreprises ou institutions. Observant le cours des choses, il souscrit aux analyses qui prédisent le tsunami qui va déferler sur l’emploi dans les vingt prochaines années. Aux robots qui, d’ores et déjà, assemblent nos voitures et se répandent dans toute l’industrie, les algorithmes de l’intelligence artificielle vont s’attaquer à des emplois de plus en plus qualifiés. Pour Stiegler, il est vain de vouloir maintenir ou créer des emplois dont le sens se rétrécit de jour en jour  comme une peau de chagrin pour, au contraire,  promouvoir un travail qui a du sens pour celui qui l’exerce, ses collègues et les citoyens.

Après une présentation de ses thèses, on discutera les multiples questions qu’elles soulèvent.

Ajouter un commentaire